Laulhé Webdesign


  Modules
· Accueil
· Archives
· Articles / Sujets
· FAQ
· Forums
· Le Best of
· Messages Privés
· Photos
· Recherches
· Recommandez
· Sondages
· Téléchargements
· Votre Compte

  Qui est online?
Il y a pour le moment 17 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

  Language
Selectionnez la langue de l'interface:

English French

  Partenaires

TennisMagazine

Le Coq Sportif

 Roland Garros 2018: Direction le troisième tour

Roland Garros (Francais)Richard Gasquet s'est qualifié pour le troisième tour des Internationaux de France sur le court Suzanne Lenglen face au joueur de la Tunisie Malek Jaziri 6/2 3/6 6/3 6/0 en 2h26.
Le Biterrois, qui est accompagné cette semaine de ses deux entraineurs Fabrice Santoro et Thierry Tulasne, a pu compter sur le soutien de ses proches avec notamment Sebastien Grosjean, Erick Deblicker, Julien Cassaigne (son agent) ainsi que sa mère.
Face à ce joueur atypique qu'est Jaziri, le Français a du se méfier car le Tunisien compte une victoire sur Grigor Dimitrov à Dubai et il effectue une belle saison sur terre battue.
Mené en début de troisième set avec des échanges très accrochés, le Français a du s'employer afin de distancer son adversaire du jour.
La rencontre, démarrée à l'heure du déjeuner, a été suivie par de très nombreux spectateurs qui ont eu droit à un spectacle de qualité avec cette journée ensoleillé.
Son prochain adversaire devrait se nommer Rafael Nadal, si ce dernier se défait de l'Argentin Guido Pella. Cette rencontre était la suivante sur le même court....



Est-ce que l'on était en droit d'être inquiets pour toi à la fin du deuxième set, aussi bien mentalement que physiquement ? Tu avais l'air un peu décontenancé par ce qu'il se passait.

« Je sais que le match est long. J'avais un petit coup de moins bien. C'était difficile. Il faisait assez lourd sur le court. Je me suis fait breaker au début du deuxième, je n'ai pas réussi à le débreaker. Il jouait son niveau. Après, il a été en confiance, il a bien servi, il a bien joué. Je savais que j'allais tout donner sur le début du troisième, pour justement faire la différence à ce moment et ne pas laisser énormément d'énergie sur le deuxième. Je suis bien reparti mentalement et physiquement sur le début du troisième, il y a des points qui ont été longs, qui ont été durs à disputer, c'est moi qui ai réussi à les faire. Derrière, j'ai tenu mon service. C'est cela qui a fait la différence. Après, un set partout, tu ne fais pas le fier. On ne sait jamais ce qu'il peut arriver. Je suis quand même content d'avoir gagné. Après, le quatrième, je ne sais pas exactement, il a eu un petit problème à la cuisse ou ailleurs. Je suis content d'avoir gagné, surtout le troisième qui a été dur. Je suis soulagé de gagner 6-3 6-0. A la fin du deuxième, je n'étais pas sûr de cela. »

Dans ta dernière conférence, tu disais que les années filent. Malgré les années, est-ce que cela a toujours la même saveur d'être au troisième tour de Roland-Garros ?

« Quand j'avais 25 ans, je me disais « à 32 ans, tu auras moins de stress, moins de pression ». En fait, c'est pareil. C'est toujours le même truc, quand je vais jouer. Tu as toujours envie de jouer, de faire le maximum. Il y avait les blessures, quelques trucs. Je suis content d'être au troisième tour, de battre des joueurs, de pouvoir être là, avec le public, avec tout le monde, d’avoir toujours des sensations de match, de stress. Je suis très heureux de toujours vivre cela. Après, cela fait quelque temps que je n'ai pas fait de deuxième semaine. J'en ai fait beaucoup dans ma carrière. Cela fait quelque temps que je n'en ai pas fait. Je suis content d'être là, de pouvoir défendre mes chances et de jouer, et d'être toujours au meilleur niveau possible. »

La suite, sauf cataclysme, ce sera Rafael Nadal. Vous le savez depuis le tirage au sort. Comment vit-on cela ? Est-ce que depuis le tirage au sort, c’est dans un coin de votre tête, ou avez-vous réussi à faire complètement abstraction, et n'allez y penser que maintenant ?

« Tu le sais, tu le vois. Cela m'a fait pareil avec Federer à l'Open d'Australie. Tu sais qu'il est là. Tu as quand même envie de gagner les 2 premiers tours, puisque les mecs jouent quand même bien au tennis, ce sont des mecs qui ont battu de bons joueurs, qui ont des références sur le circuit. Maintenant, je peux y penser, mais je n'y ai pas tant pensé que cela avant. Je savais que les 2 premiers tours n'allaient pas être si faciles. Déjà, je suis arrivé là où il fallait. Après, c'est sûr que maintenant, c'est autre chose. J'ai envie de faire le maximum sinon, sauf cataclysme comme tu dis, il risque de gagner. Tu restes un compétiteur. Je n'ai pas envie d'aller sur le court et de me dire « c'est Rafael Nadal, il est extraordinaire ». On le sait tous, donc je ne vais pas me le répéter toute la journée. Tu as envie d'aller sur le court et de faire un grand match. J'ai essayé sur Federer en Australie, j’ai envie de réessayer sur Nadal, même si sur terre, on sait tous que c'est le meilleur joueur de l'histoire. Tu as quand même envie d'y aller au taquet pour faire un match. Tu as quand même envie de faire quelque chose. Je ne vais pas me dire toute la journée que c'est un joueur incroyable. On le sait tous. A moi de faire le maximum, et de faire un grand match. »

Cela fait 10 ans que tu ne lui as pas pris un set. Comment fait-on pour rentrer sur le terrain en continuant à y croire ?

« C'est long, 10 ans. (Rires). C'est long. J'ai joué ici il y a 13 ans, en 2005. J'avais fait un grand match à Monaco. Je me souviens qu'énormément de monde attendait ce match. C'était au troisième tour, il faisait 32 ou 33 degrés. J'ai vu que ce n'était plus le même joueur qu'à Monaco, cela allait très vite, il jouait très vite. En sortant du match, j'étais avec mon père à l'époque, j’ai dit « il risque de gagner, il risque de gagner énormément de Grands Chelems derrière ». Le mec est monstrueux. Je ne m'attendais peut-être pas à 10, mais en tout cas 5-6, je l'avais parié sans hésité. C'est un mec que je connais depuis toujours. J'ai quasiment vécu sur le circuit avec lui. Je le connais depuis tout jeune. C'est un ami à moi. C'est quelqu'un que j'apprécie beaucoup. On sait tous le champion que c'est. J'ai envie d'y aller et faire le maximum. C'est une belle affiche pour moi, jouer sur le Central, il y aura certainement du monde. Donc à moi de faire un grand match. »

A Roland Garros pour RG.Net
Pierre PEDRERO



 

   Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Enregistrez vous !
En tant que membre RG.net, vous bénéficierez de privilèges... et c'est gratuit!

  Liens connexes
· Plus à propos de Roland Garros (Francais)
· Nouvelles transmises par pierre


L'article le plus lu à propos de Roland Garros (Francais):
Roland Garros 2007 - Gasquet: "J'étais trop crispé"


  Notez l'Article
Note actuelle: 0
Votes: 0

Merci de prendre une seconde pour voter pour cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Mauvais


  Options

 Format imprimable Format imprimable





Les logos et marques présents sur ce site appartiennent à leur propriétaires respectifs.
Copyright© RichardGasquet.net
Site déclaré CNIL: 1108000

page générée en 0.03 S