Laulhé Webdesign


  Modules
· Accueil
· Archives
· Articles / Sujets
· FAQ
· Forums
· Le Best of
· Messages Privés
· Photos
· Recherches
· Recommandez
· Sondages
· Téléchargements
· Votre Compte

  Qui est online?
Il y a pour le moment 58 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

  Language
Selectionnez la langue de l'interface:

English French

  Partenaires

TennisMagazine

Le Coq Sportif

RichardGasquet.net :: Voir le sujet - Le mental de Richard
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le mental de Richard
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RichardGasquet.net Index du Forum -> Forum technique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
delauney60
Master Fan
Master Fan


Inscrit le: Sep 06, 2010
Messages: 1795

MessagePosté le: 03.06.2015, 11:39:06    Sujet du message: Répondre en citant

sengale a écrit:
Le post précédent, écrit en 2012, n'est plus d'actualité avec ce Roland Garros 2015.

En effet, on a vu que Richard n'entrait pas bien dans ses matches et devait rattraper des entames où il est crispé. Par ailleurs il n'applique pas un plan de jeu adapté à son adversaire mais se cantonne à mettre en place son plan de base "passe partout"qui s'avère ne pas être adéquat dans la circonstance.

Pourtant, on peut imaginer qu'avec ses entraîneurs, il y a eu discussion sur comment gêner tactiquement un Berlocq, Anderson ou Djokovic. Ce constat permet de considérer que c'est le versant de la préparation mentale qui n'est pas maîtrisé voire totalement absent de sa préparation.

Il ne suffit pas d'être prêt physiquement, d'avoir une palette technique de coups, d'être observateur de ce que fait l'adversaire, de discuter avec ses entraîneurs des meilleurs plans, il faut aussi pouvoir avoir des routines mentales qui vous aident à dépasser vos doutes, vos blocages.

Dans des interviews, Richard revient souvent sur le fait qu'il n'a pas une énorme confiance en lui même alors que c'est le cas d'un Federer ou d'un Djokovic. Or justement, c'est sur cela que se base le travail du préparateur mental.

Encore une fois, il faut comprendre que la préparation mentale est le 4ème volet indispensable de la préparation et pas une béquille pour les faibles. Elle est utile à tous les compétiteurs et dans tous les sports.

Il ne viendrait à l'esprit de personne aujourd'hui de considérer la préparation physique comme une affaire de "force naturelle" qu'on a ou n'a pas. Il fut pourtant une période dans l'histoire du sport, où c'était le cas ! Or c'est justement de cette façon que l'aspect mental de la compétition est souvent perçu par beaucoup, y compris les athlètes eux-mêmes.
"On a le mental ou on ne l'a pas".
C'est une grossière méconnaissance tout simplement de l'aide essentielle à la performance que constitue les techniques actuelles de préparation mentale.

Ce qui est flagrant dans cette édition 2015, c'est la différence avec Jo Tsonga qui lui, a réussi coup sur coup, à venir à bout du 4ème et 5ème mondial, deux joueurs contre qui il avait des ratio négatifs, Berdych et Nishikori. On le voyait, yeux fermés, entrer dans une sorte de méditation. Que faisait-il ?
Sans doute qu'il refaisait un exercice appris pour évacuer le stress ou visualiser ses meilleurs enchaînements.

Il déclare avoir bien travaillé ce secteur de préparation dans ses interviews et on l'a vu revenir dans un 5ème set en 1/4 de finale en jouant son meilleur tennis. Il dit qu'il ne se donne pas de limite à la performance, ce qui est clairement un des objectifs de la préparation mentale. De ce fait il obtient des résultats qui défient les bookmakers.

Mon voeu serait que Richard comprenne que ce volet de préparation est ce dont il a le plus besoin actuellement pour passer un cap. L'insouciance de sa jeunesse n'est plus là pour suppléer à cette carence. Que c'est cela qui lui manque pour mieux entrer dans ses matches et mieux gérer ses émotions, s'auto persuader qu'il peut battre certains joueurs. Il n'est pas plus doué ou moins doué qu"un autre sur le plan mental. Simplement il n'est pas bien préparé dans ce secteur.
Car les faits nous montre qu'il est loin d'optimiser ses qualités, donc qu'il a à apprendre pour développer ses habiletés mentales.
Après, il s'agit de trouver une personne compétente et pas un gourou qui se proclame coach mental.
L'idéal étant que ce soit un des entraîneurs de tennis qui se forme dans ce secteur afin de proposer des exercices sur le terrain de tennis qui soient orientés vers ce but.


Oui d'accord avec tout cela. Richard a du mental, et même beaucoup, contrairement à ce qui a pu être dit ici ou là pendant des années. Mais ça ne suffit pas : il lui faut aborder les matchs à enjeux avec une meilleure préparation mentale, et, sans doute existe-t'il, mais tu connais ceci beaucoup mieux que moi, des techniques (éprouvées ?) pour y parvenir.
Une remarque toutefois :
- on ne peut obtenir ce meilleur état mental au moment opportun que si le physique est là, et que, si parallèlement des progrès techniques (au moins dans le cas de Richard) sont enregistrés, le mental étant aussi (et surtout ?) la conséquence d'un état physico-technique. Pour reprendre mes vieilles "lubies", comment veux-tu que Richard soit à son top psychologiquement s'il constate que son coup droit s'enraye et que l'adversaire l'enfonce systématiquement sur ce coup ? Tous les efforts de préparation psychologique seront alors vains !
- pour confirmer ceci une fois de plus, siTsonga s'est imposé hier et auparavant contre Berdych, c'est sans doute parce qu'il a changé sa manière d'aborder les matchs et surtout de les vivre, mais c'est aussi (et pour moi surtout) parce qu'il a très largement amélioré son revers, en réussissant à le stabiliser, à tenir l'échange contre deux des meilleurs revers du circuit, et en étant même capable d'accélérations sur ce coup avec un fort taux de réussite, ce dont je ne le croyais pas capable.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sengale
Moderator
Moderator


Inscrit le: Feb 10, 2009
Messages: 6301
Localisation: France

MessagePosté le: 03.06.2015, 12:27:52    Sujet du message: Répondre en citant

Tu as tout à fait raison delauney de revenir sur l'interdépendance des différentes domaines de performance.
D'ailleurs l'approche moderne de l'expertise sportive ne les dissocie pas mais les associe. Plus on renforce un secteur et plus les autres secteurs se renforcent.
Il faudra ouvrir un sujet sur cela car il y a beaucoup à en dire. Je crois en avoir déjà discuté à certains moments avec BigMac mais je ne sais plus où cela se trouve.

Juste un exemple comparatif

Quand Richard sert une première balle à 160 km/h, Djokovic entre dans le terrain et met Richard en situation de défense. Cela renforce son impression que l'adversaire est bien plus fort que lui et qu'il aura bien du mal à remporter son jeu de service. Ce n'est pas une histoire de représentation au départ mais c'est l'action de jeu qui renforce la conviction qu'il est bien inférieur à son adversaire.
Inversement, quand Tsonga sert à 217 km/h, il voit que Nishikori ne peut que chercher à remettre dans le court ; son retour est un peu court et Tsonga peut terminer le point en décalage avec son coup droit. Cela renforce son sentiment de compétence en tant que serveur efficace et l'encourage à continuer à renouveler cet enchaînement : servir très fort, venir se positionner dans son terrain pour jouer un coup droit gagnant.

Dans le premier cas, il y a focalisation sur la force de l'adversaire, dans le second sur sa propre domination. C'est très sommaire comme explication mais c'est juste une illustration que c'est de tennis dont on s'agit et pas de "relaxe, Max" !
Dans cet exemple, on voit que la vitesse du service conditionne une représentation de soi et de l'adversaire, différente.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Patricia
Membre d'honneur
Membre d'honneur


Inscrit le: Apr 23, 2005
Messages: 2573

MessagePosté le: 09.06.2015, 12:10:49    Sujet du message: Répondre en citant

Discussion très intéressante !...

J'ai lu que Tsonga avait effectivement pratiqué la méditation "de pleine conscience" (une pratique de concentration/focalisation sur l'ici et maintenant).

L'interdépendance physique/mental et tactique/mental me paraît flagrante.

Quelques exemples qui me viennent :

Physique : quand Richard s'est senti plus sûr de sa "caisse", fin 2012 début 2013, il s'est mis à gagner un paquet de matchs accrochés où il avait perdu le 1er set. Il a pu croire qu'il en avait les ressources, combattre comme un forcené sur des BB, envoyer le message à l'adversaire qu'il restait du chemin à faire, user l'autre mentalement et physiquement....

Wawrinka, à propos du 1/8è à RG 2013, disait qu'il se savait supérieur physiquement à Richard si le match devait durer, ça a certainement aidé à son relâchement.

tactique : richard a eu du mal a rentrer dans ses tous ses matchs, sauf... quand il reprend son match interrompu contre Anderson après avoir pu passer en revue ce qui avait marché, le "visualiser", et donc se sentir en mesure de reproduire ce qui l'avait conduit à dominer ; même chose pour Murray contre Djokovic.

Nishikori était abyssal pendant quasi 2 sets contre Tsonga ; l'interruption due à l'incident de la plaque métallique lui permet de reparler tactique avec ses coachs, il revient et remporte les deux sets suivants.... Un joueur déjà étouffé par sa nervosité, abattu par son sentiment d'impuissance ne va pas se remobiliser si on lui en rajoute une couche ! Mais si on lui permet de visualiser des solutions qui "effacent" le schéma conduisant à l'échec en le remplaçant par des alternatives conduisant à la réussite, sa croyance en ses chances de renverser la situation vont être validées à chaque point où le schéma est efficace.

Wawrinka a cité en interview un schéma tactique qu'il a bcp appliqué, et dont il savait que l'efficacité n'était pas immédiate, nécessitait une mise en place graduelle. Ca lui a permis de rester positif quand le schéma en question n'était pas encore efficace et quand son propre niveau de jeu n'était pas encore présent.

C'est vrai que j'ai été étonnée de voir Richard utiliser contre Anderson des schémas tactiques vraiment inadaptés dans un premier temps : je comprends que le lift haut sur le revers est un schéma "rassurant" pour lui, ordinairement efficace, et que jouer au centre si l'on prend cher sur les diagonales est un plan B classique... N'empêche que ses coaches et lui ont bien dû discuter avant des tactiques efficaces contre Anderson (sans compter qu'il connaissait le joueur) ! N'ont ils pas analysé ce qui l'empêche de mettre tout de suite en place ces schémas ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BigMac
Moderator
Moderator


Inscrit le: Mar 15, 2007
Messages: 4001
Localisation: paris

MessagePosté le: 09.06.2015, 12:26:02    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais pas vu ces posts de début juin, mais c'est super intéressant.
Je partage totalement ta vision sengale.
Je ne me souviens plus quel champion de tennis avait déclaré qu'à ce niveau, tout le monde joue du grand tennis, mais que la différence se fait sur le plan mental.
Je pense aussi que les joueurs français dans leur ensemble, Richard compris, peuvent largement améliorer cet aspect du jeu.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sengale
Moderator
Moderator


Inscrit le: Feb 10, 2009
Messages: 6301
Localisation: France

MessagePosté le: 09.06.2015, 12:50:37    Sujet du message: Répondre en citant

Le gros obstacle pour les sportifs de haut niveau, c'est de comprendre et d'accepter que la préparation mentale fasse partie de leur entrainement, au même titre qu'une autre préparation.

Ceux qui le comprennent et font le nécessaire pour se préparer sur ce plan sont ceux qui soulèvent les plus beaux trophées.

Certains (je pense à des footballeurs) se font aider par un préparateur mental sans que leurs équipiers le sachent car ils ont compris l'intérêt pour être meilleur en match tout en sachant que ce n'est pas bien perçu par beaucoup qui sont seulement ignorants et ne voient cela que comme l'aveu d'une faiblesse ! Rolling Eyes
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Patricia
Membre d'honneur
Membre d'honneur


Inscrit le: Apr 23, 2005
Messages: 2573

MessagePosté le: 09.06.2015, 19:36:17    Sujet du message: Répondre en citant

Y a aussi la confidentialité de la discipline, dans un milieu sportif où les joueurs ne savent pas ce que recouvre la notion de préparateur mental : plusieurs joueurs de haut niveau ayant reconnu avoir fait appel à une aide pour gérer la dimension psychologique ont fait appel à des psychothérapeutes (Murray, Monfils, Mauresmo, Richard qui échangeait avec un psychologue ami de la famille me semble-t-il...)

L'amalgame est alors renforcé auprès des joueurs qui n'y ont pas fait appel : il y a les résistances similaires à celle que suscite la psychothérapie : "c'est pour les gens mal dans leur peau", "ça va me rendre dépendant".

J'ai lu une interview de Thiem, la très jeune génération donc, qui est formé dans une académie de pointe en Autriche, où il déclare ne pas voir l'intérêt d'un intervenant pour la dimension mentale, dans la mesure où une fois sur le court, le joueur doit se débrouiller seul ! Son propre père a été formé comme coach dans cette académie...

Je pense que le succès de certains coachs comme Magnus Norman vient d'une compréhension intuitive de l'importance de la dimension mentale ; on lit par exemple sur le site de son Académie, qui a de beaux succès chez les jeunes aussi : "Appreciate that, at a high level, confidence is everything." et "The mental aspect on the practice court is vital for player development.'”
L'un des entraîneurs de l'Académie (celui qui supervise les frères Ymer) a étudié la psychologie du sport et la préparation mentale...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sengale
Moderator
Moderator


Inscrit le: Feb 10, 2009
Messages: 6301
Localisation: France

MessagePosté le: 10.06.2015, 09:07:07    Sujet du message: Répondre en citant

Le psychologue du sport n'a pas du tout la même fonction que le préparateur mental. Il y a souvent confusion à ce sujet.
Le premier n'est pas un spécialiste de l'entrainement, le second, si.
Le premier ne va jamais sur le terrain, cela se passe dans son cabinet, le second est sur le court et propose des exercices particuliers

Oui, le joueur est seul sur le court pour jouer son match et alors ?

Il se prépare pour être le plus efficace dans tout ce qui peut interférer avec la performance. Techniquement, tactiquement, physiquement et mentalement. Sans oublier les aspects diététiques, médicaux...

La remarque est donc tout simplement stupide. Sous prétexte que le joueur est seul, il ne devrait pas se préparer à gérer ses émotions sur le court, par exemple ou faire le vide pour rester lucide sur ses choix tactiques ou évacuer les pensées parasites et négatives qui lui viennent...

Quand un entraîneur de tennis se forme dans ce secteur de la préparation mentale avec de bons spécialistes, il peut ensuite apporter ce plus à son joueur.
On a des freins en France car le recrutement à la DTN a tendance à se faire en vase clos. Il y a donc reproduction de ce qui s'est toujours fait et la résistance au changement est donc maximale.
Je pense que c'est une des raisons du fait que cette fédération ne réussit pas à faire mieux avec ses bons juniors. Pire, elle les formate avec des idées dépassées sur l'entrainement. C'est donc au(x) joueur(s) de faire la démarche seul en évoluant et en allant chercher ce qui se fait ailleurs. Confused
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Patricia
Membre d'honneur
Membre d'honneur


Inscrit le: Apr 23, 2005
Messages: 2573

MessagePosté le: 10.06.2015, 12:18:36    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai donné l'exemple de la remarque de Thiem, par ailleurs un jeune très bosseur et réfléchi, pour montrer l'inculture crasse du milieu professionnel, même chez la jeune génération... s'il sort un truc comme ça, c'est que personne ne lui a expliqué de quoi il retourne.

Simon, pas le plus idiot des joueurs, avait révélé des préjugés assez colossaux sur ce point. Je pense que c'en est à un stade où les coaches compétents vont travailler cet aspect "en douce", sans le nommer, histoire de ne pas braquer leur joueur.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sengale
Moderator
Moderator


Inscrit le: Feb 10, 2009
Messages: 6301
Localisation: France

MessagePosté le: 10.06.2015, 13:48:55    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, voilà, et pendant ce temps, d'autres réussissent à perfer, à dépasser un stade où ils sont depuis des années !

Tous les joueurs étrangers ne sont pas au point de ce côté de la performance, c'est sûr ! Il suffit de voir Berdych, par exemple, pour se rendre compte qu'il a de gros soucis avec son stress. Ou Dimitrov qui rate ses fins de match en n'arrivant plus à mettre une attaque dans le court.

Bref, ceux qui sont capable d'être lucide sur ce qui leur manque et remettent en cause ce qu'on leur a appris, sont en meilleure posture pour aller loin.

Déjà, avoir plusieurs coaches permet de comparer. Avoir un coach espagnol n'est pas mauvais, sur ce point. Il y a de très bons spécialistes de ce secteur de la performance qui sont ibériques.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BigMac
Moderator
Moderator


Inscrit le: Mar 15, 2007
Messages: 4001
Localisation: paris

MessagePosté le: 11.06.2015, 11:33:16    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a un constat incontestable pour le tennis français : on sait former de très bon joueurs, on est quasiment le pays le mieux représenté dans le top 100 (on a quatre gars dans le top 20 cette semaine, ce qui est remarquable), mais en même temps, on n'a pas de vainqueur de grand chelem ou de n°1 mondial.

Je ne sais pas si la cause est uniquement dans la préparation mentale, mais y a quand même de quoi se poser la question...

Je trouve ça dingue que la Fédé ne s'interroge pas plus là dessus.

Et quand on en entend les déclarations des joueurs français, on s'aperçoit que cette dimension du tennis (pourtant cruciale à mon sens) est largement ignorée...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
King-Richie
Super fan
Super fan


Inscrit le: Jul 11, 2015
Messages: 104

MessagePosté le: 23.07.2015, 23:32:22    Sujet du message: Répondre en citant

BigMac a écrit:
Il y a un constat incontestable pour le tennis français : on sait former de très bon joueurs, on est quasiment le pays le mieux représenté dans le top 100 (on a quatre gars dans le top 20 cette semaine, ce qui est remarquable), mais en même temps, on n'a pas de vainqueur de grand chelem ou de n°1 mondial.

Je ne sais pas si la cause est uniquement dans la préparation mentale, mais y a quand même de quoi se poser la question...

Je trouve ça dingue que la Fédé ne s'interroge pas plus là dessus.

Et quand on en entend les déclarations des joueurs français, on s'aperçoit que cette dimension du tennis (pourtant cruciale à mon sens) est largement ignorée...


Pour moi la raison est avant-tout tennistique. Les joueurs français sont je trouve à leur place. Richard, avec des lacunes en coup-droit et physiquement, pouvait difficilement viser un Top 5. Monfils est un joueur très complet techniquement, mais qui manque de variation dans son jeu, et aussi un peu de rigueur, de constance. C'est un joueur de coups, et il a été 7e. Jo a été 5e mondial, il ne pouvait pas faire mieux pour moi car il a des lacunes au retour, à la volée, un revers assez moyen... Il a fait une très bonne carrière en capitalisant à fond sur son coup-droit et son service. Gilles pareil, il n'a aucun coup fort, mais il a été 6e mondial, a joué le Masters... Au vu de ses capacités initiales il réalise une carrière exceptionnelle.

En outre il ne faut pas oublier qu'ils ont été parachutés dans l'âge d'or du tennis, au milieu de canibales qui ne laissent que des miettes. Ils ne sont pas les seuls à en faire les frais. Un joueur comme Nalbandian a terminé sa carrière avec 0 Grand Chelem... Franchement j'aurais bien aimé voir nos 4 mousquetaires entre 98 et 2004... Ils auraient glané quelques titres à mon avis.

Depuis 10 ans le top 4 est squatté par des joueurs parfaitement complets tennistiquement, et faut être honnête nos frenchies ne le sont pas, ils sont bons, mais ont des lacunes. Top 10, Top 20, ils sont à leur place. Bref je ne pense pas qu'on puisse expliquer l'absence de titres en Grand Chelem par le mental.

Et si on remonte aux générations précédentes, on se rend compte que Pioline par exemple est aussi tombé sur des légendes, Sampras qui l'a privé de 2 titres, Agassi qui a battu Clément à l'Open d'Australie 2001... Forget et Leconte étaient de très bons joueurs mais il y avait meilleur qu'eux. Dans la période oú c'était le plus ouvert, on a eu Grosjean, qui a été 4e mondial, gagné Bercy, joué des 1/2 en Grand Chelem, mais à Roland il tombait sur des spécialistes de la terre, et idem à Wimbledon. Donc lui aussi était très bon, mais pas assez spécialisé sur une seule surface à une époque oú ça avait encore une grande importance. Et à 25 ans il voyait déjà l'éclosion de Federer...

Bref, pour moi la principale raison c'est qu'on a pas encore eu LE joueur, la star, le crack bon dans tous les compartiments du jeu. On a toujours eu de très bons joueurs, mais un joueur figurant parmi les 2-3 meilleurs, on n'en a jamais eu, la voilà la raison. Souvent des numéro 4, 5, 6, 7... C'est très dur d'être numéro 1 mondial, et il n'y en a même pas eu 30 depuis le début de l'ère Open... Les places sont chères surtout depuis 10ans.

Par ailleurs je considère qu'on ne peut pas former un champion. Tu peux former des bons joueurs, mais le champion c'est celui qui aura ce petit truc en plus, l'étincelle... La Serbie n'avait sorti personne avant Djokovic il me semble. Pourtant je pense pas qu'ils aient trouvé une recette miracle du jour au lendemain... C'est pareil avec la Suisse, avant Federer et Wawrinka ils n'avaient pas grand chose et je pense que ce sera de nouveau le cas après leur retraîte.

La seule chose qu'on puisse faire, c'est continuer à former des bons ou très bons joueurs, et attendre qu'un jour parmi ceux-là se révèle un joueur qui aura ce petit truc en plus.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sengale
Moderator
Moderator


Inscrit le: Feb 10, 2009
Messages: 6301
Localisation: France

MessagePosté le: 24.07.2015, 09:07:02    Sujet du message: Répondre en citant

King-Richie a écrit:
Pour moi la raison est avant-tout tennistique. Les joueurs français sont je trouve à leur place.

Par "tennistique", je suppose que tu entends le versant technique.

King-Richie a écrit:
Bref, pour moi la principale raison c'est qu'on a pas encore eu LE joueur, la star, le crack bon dans tous les compartiments du jeu. (...) Par ailleurs je considère qu'on ne peut pas former un champion. Tu peux former des bons joueurs


C'est un point de vue qui se défend...

Ceci dit je voudrais faire quelques remarques générales sur l'émergence d'un joueur, graine de numéro 1.

1.On constate que les joueurs français souffrent beaucoup de blessures. Cela les freine dans leur carrière. Pourquoi cette fragilité ? ll y a une investigation à faire de ce côté-là. Les suisses, les tchèques ne semblent pas avoir les problèmes physiques qu'ont les français.

2. Question technique : les logiciels actuels permettent de décomposer la gestuelle sportive pour identifier la technique la plus économique et efficace sur le plan biomécanique. Les athlètes et nageurs travaillent avec ces outils. Quand on voit la technique de coup droit de Monfils et Richard, le revers de Tsonga, on se demande pourquoi n'y a-t-il pas eu un biomécanicien qui travaille sur cela avec les entraîneurs de jeunes.

3. Question "mental" : cet aspect a été négligé voire pire, ridiculiser. Or l'aide est extrêmement efficace. Beaucoup de joueurs auraient pu franchir des paliers s'ils avaient bénéficié de spécialistes du domaine.



Le très haut niveau est affaire de détails. Rien ne doit être négligé. La fédération de tennis a les moyens financiers. Ce qui est raté ou négligé dans la génération cadets / juniors ne peut être compensé en senior.

Peu de joueurs français arrivent à leur niveau d'excellence. Effectivement pour Simon, c'est une belle réussite. Pour les autres, il y a une frustration. Je pense en particulier à Gaël Monfils qui a des qualités athlétiques exceptionnelles. Le public a l'impression qu'il pouvait avoir une bien meilleure carrière.
C'est là que la personnalité du joueur peut être un facteur qui booste ou qui freine. Même si le joueur peut évoluer, il y a des données qui viennent de son enfance, sa fratrie, son éducation, ses expériences de jeunesse. C'est sans doute là qu'il y a le moins de prise et pourtant cela agit aussi sur la manière de se comporter, de gérer sa carrière, d'avoir de l'ambition...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
King-Richie
Super fan
Super fan


Inscrit le: Jul 11, 2015
Messages: 104

MessagePosté le: 24.07.2015, 09:59:23    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, par "tennistique" j'entends le bagage technique.

Déjà, je ne vois aucun de nos français avec un potentiel intrinsèque équivalent à celui de Federer, Nadal et Djokovic. Je mets Murray un peu en-dessous.

Ensuite il y a les Berdych, Ferrer, Wawrinka... Nos français ont déjà plus leur place dans cette catégorie. Les 2 premiers ne font pas une carrière très au-dessus de Gasquet ou Tsonga. Wawrinka pareil jusqu'à 28-29 ans, il a explosé sur le tard.

Au final pour moi, encore une fois, nos 4 joueurs ne pouvaient pas faire beaucoup mieux. Richard vaut entre 5 et 15. Tsonga idem. Monfils idem. Et c'est globalement à cette place qu'ils se trouvent la plupart du temps, parfois en dehors au gré des blessures ou problèmes extra-sportifs.

Je trouve qu'on en fait trop avec cette histoire de mental. On a plein de grands champions dans plusieurs sports, je ne vois pas pourquoi il y aurait un problème spécifique au tennis.

Si on parle juste de Richard, ça fait bien depuis 2011 qu'il n'y a rien à dire sur son mental, il perd 8 fois sur 10 contre des Top 5, et gagne 9 fois sur 10 contre des joueurs hors-Top 20. Il est à sa place entre la 5e et la 15e place.

La réalité c'est qu'on a jamais eu un joueur faisant partie des 2 ou 3 meilleurs tennistiquement, c'est aussi simple que ça, il faut voir la vérité en face. Noah à la limite. Il a été 3e, il a gagné un Grand Chelem. Logique. Quand on aura un joueur complet, dans les 2 ou 3 meilleurs en terme de potentiel technique, il gagnera des Grand Chelem, y a pas à s' inquiéter.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BigMac
Moderator
Moderator


Inscrit le: Mar 15, 2007
Messages: 4001
Localisation: paris

MessagePosté le: 24.07.2015, 11:18:10    Sujet du message: Répondre en citant

King-Richie a écrit:


Je trouve qu'on en fait trop avec cette histoire de mental. On a plein de grands champions dans plusieurs sports, je ne vois pas pourquoi il y aurait un problème spécifique au tennis.


Peut-être justement parce que l'on délaisse cet aspect "mental" du tennis.
je me souviens d'un ancien champion (je crois que c'est lendl) qui disait qu'à ce niveau-là, beaucoup de joueurs se valent, et que la différence se fait sur le mental.
Lendl avait aussi déclaré que Leconte était beaucoup plus "doué" que lui, et pourtant, au final y a pas photos sur les résultats en grand chelem...
C'est donc bien que la différence se fait ailleurs.

Pour Richard par exemple, on l'a vu souvent sur 1 set ou 2, évoluer au même niveau que des Murray, Nadal ou Federer, mais il a souvent perdu ces matches-là parce qu'il a flanché physiquement, ou parce qu'il n'a pas réussi à enfoncer le clou quand c'était possible.
Il y a le match de Richard à Monte-Carlo contre Nadal en 2006 (?) où il mène 1 set un break, celui contre l'espagnol à Toronto (2008 ?) où il remporte un magnifique 1er set avant de céder, les matches contre Murray à Wimbledon ou Roland où il mène 2 sets 0 avant de coincer (ou même celui de Miami 2013) etc...

Au vu de ces matches, il me semble impossible de dire que Richard les perd parce qu'il est moins bon "techniquement" ou "tennistiquement" que ces joueurs-là.
Au contraire lors de ces 1ers sets gagnés, c'est Richard qui est dominateur, quelquefois assez largement.
On a clairement l'impression que le sort du match est dans la raquette de Richard.
Et c'est parce qu'il flanche en cours de route qu'il finit par les perdre, pas pour des raisons de "limites tennistiques". Son coup droit ne devient pas mauvais à partir du 3ème set, c'est son physique qui lui a joué souvent des tours, et quelquefois, une difficulté à faire une différence irréversible.

Et au final aujourd'hui, si un gars comme Djokovic est n°1 mondial, ce n'est pas parce que c'est techniquement le meilleur (d'autres le devancent à mon sens sur ce plan), par contre, c'est celui qui montre une force mentale incroyable, une propension à croire en lui quoi qu'il arrive.

Or, ça, c'est quelque chose qui se travaille et s'acquiert avec le temps.
On a déjà vu beaucoup de champions, réputés un peu fragiles mentalement lors de leurs premières années sur le circuit (Lendl encore, Federer qui ne commence à gagner des gros titres qu'à 23 ans, ou même Djoko qui au début de sa carrière pouvait lâcher un peu "dans la tête" etc...) devenir extrêmement solides après.

Richard est absolument irréprochable dans l'investissement et la combativité, contrairement à son image dans les médias français et dans le grand public, par contre, il manque par moments de confiance en lui, et a déjà "cafouillé" lors des moments importants de certains grand matches.

A l'inverse, la force des Nadal, Federer ou Djoko, c'est de réussir à sortir leur meilleur tennis dans les moments cruciaux, et ça c'est totalement mental à mon sens.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
King-Richie
Super fan
Super fan


Inscrit le: Jul 11, 2015
Messages: 104

MessagePosté le: 24.07.2015, 11:38:16    Sujet du message: Répondre en citant

Ouais enfin les joueurs que tu cites restent bien plus complets que Richard faut pas se mentir. Sur un match il est toujours possible de faire un coup... Richard lui-même a déjà perdu quelques fois contre des joueurs plus faibles que lui. Federer a déjà perdu contre Seppi ou Kukushkin, qui sont pourtant bien moins bons que lui.

C'est sur la durée que la différence de niveau se voit. Richard a une super main, mais physiquement et en coup-droit il est en-dessous de ces joueurs-là et pour moi c'est beaucoup plus pour cette raison qu'il perd contre eux, qu'à cause du mental...

Et sinon Djokovic est incroyablement complet, il n'a aucun coup faible, il trouve des angles de folie avec son coup-droit et son revers, il a une précision chururgicale, le meilleur jeu de jambe du circuit... Son mental n'est qu'une qualité parmi d'autres on ne peut pas dire qu'il est numéro 1 grâce à ça principalement...

Faut pas négliger l'aspect mental mais faut pas non plus lui donner une importance démesurée, je pense pas que le mental soit plus important dans le tennis qu'ailleurs.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RichardGasquet.net Index du Forum -> Forum technique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 6 sur 7

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group




Les logos et marques présents sur ce site appartiennent à leur propriétaires respectifs.
Copyright© RichardGasquet.net
Site déclaré CNIL: 1108000

page générée en 1.21 S